La Fabrique de la Lumière, de Stéphane Nicolas

Au début, il courait pour s’éloigner, mais dès qu’il fût suffisamment loin, il continua sans en trouver la raison. « Je cours pour ne plus penser », se disait-il sans se rendre compte que c’était déjà là une pensée. Ainsi, il se mit à courir seulement pour comprendre pourquoi il le faisait.

La Fabrique de la Lumière, de Stéphane Nicolas

Un jour, il est parti…Il n’avait rien prémédité ; au fond, il n’avait rien à reprocher à sa vie ou à sa famille. Il était seulement parti courir. Pourtant, il n’est jamais revenu.Qui est cet homme qui part dans une errance à travers la Galice, dont le chemin croisera plusieurs individus aux vies brisées?

Un paumé ? Un messie habité d’une lumière ? Ou notre reflet à tous s’apprêtant à quitter ce monde ?

Au programme : balade en Galice (destination des marcheurs des chemins de Saint-Jacques), introspection et quête de soi avec La Fabrique de la Lumière, roman atypique de Stéphane Nicolas.

Atypique par son personnage principal tout d’abord. Un homme anonyme qui marche, s’éloigne de sa vie pour en devenir spectateur, ainsi que de ceux qu’il croise. Également atypique par son évolution, allant de la quête initiatique et personnelle à une enquête policière sur la disparition du héros en deuxième partie.

Atypique enfin par l’un de ses thèmes : l’absence. Le personnage principal s’absentant de son propre roman…

La Fabrique de la Lumière, un roman de Stéphane Nicolas

Mais La Fabrique de la Lumière, c’est également une histoire de voyages, et vous savez comme on est friands de voyages, chez l’Aquilon. Et c’est la Galice, la fin de la terre en Espagne, que nous fait visiter Stéphane Nicolas.

De Saint-Jacques de Compostelle à Ferrol, en passant par la Corogne, le lecteur marche aux côtés du protagoniste et visite ces endroits enchanteurs tout en se laissant porter par une histoire tour à tour touchante, poignante et profondément humaine.

Le récit nous permet également d’en découvrir plus sur l’Espagne, notamment sur les Indianos, descendants de colons espagnols en Amérique latine revenus au pays après avoir fait fortune.

Sur fond de Chemin de Saint-Jacques, teintant l’histoire d’une aura mystique, l’auteur nous fait partager son amour pour cette région aux panoramas enchanteurs. Le tout avec une plume sensible et légère.

La Fabrique de la Lumière est un livre qui fait du bien, qu’on lit pour faire le vide en soi. Se contempler…

N’attendez plus, la Galice vous tend les bras.

Leave a Comment